Sooner or later, every man in Australia runs into problems with impotency levitra australia like other bodily functions, must be in order.

Theatre71.fr

DOSSIER DE PRESSE FRACAS ISSU
cabaret spectral création collective concept Pierre Guillois assistanat
artistique Stéphanie Chêne avec Claire Bardainne interprétation numérique,
Lucas Antonellis gymnastique, Sevan Manoukian chant, Adrien Mondot
jonglage et informatique, Dominique Parent jeu, Benjamin Sanz percussions
MARDI 3 > JEUDI 12 FÉVRIER 2015
MARDI ET VENDREDI À 20H30
MERCREDI, JEUDI ET SAMEDI À 19H30
DIMANCHE À 16H
tournée page suivante
tarifs27 € tarif normal 18 € +60 ans, billet découverte, groupe à partir de 8 personnes, carte famille nombreuse,
comités d'entreprise, collectivités, abonnés des théâtres partenaires, adhérents cinéma, Fabrica'son, médiathèque
Pablo Neruda, ACLAM et Conservatoire intercommunal de Malakoff, associations des Amis de la Maison des Arts de
Malakoff et des Z'amis du Conservatoire 13€ –30 ans, demandeurs d'emploi, intermittents du spectacle, personnes
handicapées 9 € –12 ans, bénéficiaires du RSA, –30 ans pour l'Association des Z'amis du Conservatoire et les élèves
du Conservatoire intercommunal de Malakoff
M° LIGNE 13 MALAKOFF-PLATEAU DE VANVES - PÉRIPHÉRIQUE PORTE BRANCION THEATRE71.COM SCÈNE NATIONALE DE MALAKOFF
3, PLACE DU 11 NOVEMBRE – 92240 MALAKOFF 01 55 48 91 00
SERVICES PRESSE
THÉÂTRE 71 Zef Isabelle Muraour 01 43 73 08 88 – 06 18 46 67 37 – isabelle.muraour@gmail.com
GRAND FRACAS
ISSU DE RIEN
cabaret spectral création collective
concept Pierre Guillois
assistanat artistique Stéphanie Chêne
avec Claire Bardainne interprétation numérique, Lucas Antonellis gymnastique,
Sevan Manoukian chant, Adrien Mondot jonglage et informatique, Dominique Parent jeu,
Benjamin Sanz percussions
Dominique Parent interprète des textes de Valère Novarina
costumes Axel Aust assisté de Camille Penager
maquillage et coiffure Catherine Saint-Sever
lumières Jean-Yves Courcoux
création vidéo interactive et mise en scène numérique Adrien M/Claire B
régie générale Ludovic Perché
régie lumière Guillaume de Smeytere
régie son Loïc Lecadre
administration de production et diffusion Colomba Ambroselli et Sophie Perret
durée 1h15

production Le Fils du Grand Réseau, Théâtre du Peuple - Maurice Pottecher
coproduction Le Quartz Scène Nationale de Brest, Scènes du Jura - Scène conventionnée multi-sites
avec le soutien de la SPEDIDAM
remerciements à la Légion Saint-Pierre Brest, section gymnastique
13 & 14 janvier Espace Malraux Scène Nationale de Chambéry et de la Savoie - Chambéry 04 79 85 55 43
30 & 31 janvier La Filature, Scène Nationale - Mulhouse 03 89 36 28 28
3 › 12 février Théâtre 71 Scène Nationale – Malakoff 01 55 48 91 00
Grand Fracas issu de rien est un cabaret en cela qu'il réunit des artistes aux métiers variés et complémentaires qui vont produire une série de numéros dont une des vertus doit être de nous impressionner pour assurer le minimum de divertissement que l'on est en droit d'attendre d'un spectacle qui revendique cette touche de music-hall. La qualité des artistes que j'ai invités et leur radicalité ont permis de faire naître des émotions complexes, un trouble au-delà du rire ou de l'ébahissement. Ce spectacle est avant tout organique et chaque artiste a pour mission de toucher un endroit spécifique de la sensibilité potentielle des hommes et des femmes qui y assistent. Ainsi, l'acteur et ses mots s'adressent-ils surtout au cerveau humain, le verbe de Novarina a grand plaisir à le chahuter, à le stimuler tandis que la célérité de Dominique Parent à l'intérieur de ce labyrinthe de mot ne cesse de nous subjuguer. La chanteuse, une soprano colorature, prend un malin plaisir à titiller notre oreille, entrée directe sur notre cœur, la voix de Sevan Manoukian atteint les limites du possible alors qu'elle émane d'un corps si frêle, elle peut aussi bien nous effrayer ou nous faire pleurer. Les mouvements du gymnaste ont comme tâche de secouer notre propre carcasse, l'exercice a sculpté le corps de Lucas Antonellis et lui permet de lutter contre les lois de la gravitation, cette prouesse confine à la grâce. Le jongleur s'adresse, quant à lui, à la part la plus enfantine de notre être, Adrien Mondot joue à la fois de sa virtuosité de jongleur, mais de notre capacité à accepter l'illusion, à la réclamer comme le sésame d'un paradis perdu. Le percussionniste enfin vise nos articulations, nos os, nos viscères, Benjamin Sanz fait rythme de toute branche et s'enrage à raviver les saccades ancestrales qui ont toujours fait danser les hommes. Ce spectacle est donc une accumulation de solitudes. De surdoués, certes, mais présentés sans emballage, au plus brut de leur forme. Aucune histoire, nul mélodrame pour notre comédien, pas même de partenaire, seulement lui et sa technique folle ; un clown des mots ou un jongleur du verbe, comme on voudra. Aucun instrument pour accompagner notre soprano, seulement son chant pur dans l'abîme, sa voix divine a capella. Hors compétition, notre gymnaste qui apparaît seul face aux instruments de torture que sont les agrès, avec pour seul accompagnement son souffle amplifié, ce n'est plus un athlète, c'est un homme qui affronte des bêtes. Notre jongleur est comme dans un songe, en errance, perdu-lui même dans cette illusion qu'il croyait nous tendre comme un piège, au milieu de mille balles en suspension. Qu'il frappe ses mains contre la carcasse d'une courge ou utilise des instruments sophistiqués, le percussionniste nous offre le rythme à l'état brut, un Job ruiné mais qui peut enchanter le monde avec deux petits bouts de bois. Ce cabaret n'oublie pas d'être drôle et spectaculaire, car ce n'est pas antinomique avec le raffinement que nous quêtons. Déconcertante la soprano lorsqu'elle essaie d'élaborer une partition avec des rires ou des gémissements. Comique Novarina parce que ses textes sont aussi - et peut-être avant tout - des bouffonneries verbales. Absurde parfois le jongleur et ses tours de passe-passe mais c'est de notre duperie que nous rirons. Grandiose notre batteur quand il veut, tout simplement, nous en mettre plein les tympans. Mais le spectacle visuel qui forme à la fois la scénographie et la dramaturgie de cette soirée spectrale doit surtout à l'invention numérique d'Adrien M. et Claire B. Hallucinante sensualité d'une projection conçue pourtant à partir de 1 et de 0. Ces deux artistes ont inventé un espace mouvant au milieu duquel la parole de Novarina se faufile malicieusement tandis que les corps des uns et des autres dialoguent avec ces arabesques blanches manipulées en direct par la très sensible Claire Bardainne. C'est cet alliage à la fois délicat et brut de décoffrage qui a fait, à sa création, vaciller la salle de Bussang autour de ce joyeux malentendu qu'est toujours le cabaret. Ces invités improbables savent réveiller les phantasmes surannés que ce genre évoque et déconcerter les fantômes boudeurs qui suivent en cortège tout spectacle qui se réclame du fabuleux, magique, sulfureux, mais surtout si mystérieux CABARET ! L'ÉQUIPE ARTISTIQUE
PIERRE GUILLOIS METTEUR EN SCÈNE
Pierre Guillois a été artiste associé au Quartz, Scène nationale de Brest de septembre 2011 à juin
2014. Il y met en scène notamment en 2014, Bigre, mélo burlesque co-écrit et interprété par
lui-même, Agathe L'Huillier et Olivier Martin-Salvan (spectacle en tournée actuellement). Cette
même année, il crée Le Chant des soupirs avec la chanteuse bretonne Annie Ebrel. Il profite de
ces années de résidence au Quartz pour créer également Nique la Misère, co-écrit avec Nouara
Naghouche, Crise à l'étage (dans le cadre du festival « Les Humanités ») et Terrible Bivouac. Il a
également repris Le gros, la vache et le mainate (130 dates dont des exploitations parisiennes au
Théâtre du Rond Point puis au Comédia) ainsi que Grand Fracas issu de rien, cabaret spectral
précédemment créés au Théâtre du Peuple de Bussang dont il fut le directeur de 2005 à 2011.
Dans ce théâtre, il crée ses propres textes, dont Les Affreuses, ou Un Cœur mangé co-écrit avec
Guy Bénisty, mais aussi Le ravissement d'Adèle de Rémi De Vos ou Le Brame des biches de
Marion Aubert. C'est dans les Vosges que démarre l'aventure de Sacrifices avec Nouara
Naghouche, un solo qui connaîtra plus de 220 représentations, en France et à l'étranger, avec
deux exploitations au Théâtre du Rond Point - théâtre qui accueille régulièrement les spectacles
de Pierre Guillois depuis Les Caissières sont moches, en 2003. Cette pièce caustique fut créée à
Colmar où il était alors artiste associé du Centre dramatique régional d'Alsace. C'est dans cette
ville qu'il connaîtra ses premières expériences fortes avec des amateurs avec Il nous tuera pas
jusqu'à la mort et Vengeance franchement vengeance. Il y fera aussi ses premiers pas dans le
lyrique avec Les Jeunes Voix du Rhin, et qu'il poursuivra plus tard avec la compagnie Les
Brigands avec La Botte secrète de Claude Terrasse. Auparavant, avec sa compagnie Le Fils du
Grand Réseau, il avait alterné, spectacles de répertoires et créations de textes, avec quelques
incartades dans le théâtre de rue. Il fut parallèlement l'assistant de Anne Théron, Jean-Michel
Ribes et Matthew Jocelyn.
STÉPHANIE CHÊNE ASSISTANTE À LA MISE EN SCÈNE
Théâtre et danse contemporaine sont indissociables dans le parcours de Stéphanie Chêne. Elle
s'est simultanément formée aux deux disciplines : en théâtre au conservatoire de Limoges et au
Théâtre de Chaillot sous Jérôme Savary ; en danse auprès de Dominique Petit et à l'Université
Paris V en option chorégraphie. Elle danse en autre pour la compagnie CFB451, joue sous la
direction de Adel Hakim, Catherine Boskowitz, Nicolas Deletoille.
Elle s'oriente ensuite vers la chorégraphie, co-dirige la Cie Praxis où elle crée et interprète une
dizaine de pièces dont la trilogie : La fée clochette s'est fait un shoot , Peter Peter Pet .Peter !!!!
et Niaiseuses (pour laquelle elle obtient la Villa Médicis hors les murs).
Elle collabore avec des metteurs en scène, pour qui elle signe des chorégraphies : Pierre Guillois
(Les Affreuses, Sacrifices, La Botte secrète, Grand fracs issu de rien, cabaret spectral, Le chant
des soupirs) et Julie Beres (Lendemain de fête et Petit Eyolf).
Elle a enseigné le rapport entre danse et théâtralité au CNSMPD de Paris, LADMMI (Montréal), et
mène divers projets chorégraphiques auprès d'un large public amateur.
AXEL AUST COSTUMIER
Après une formation de costumier à l'École des Beaux-arts de Berlin et plusieurs assistanats au
Berliner Ensemble et à la Schaubühne, il signe ses premières créations au Sophiensäle de Berlin,
au Théâtre National de Weimar ou encore dans les Opéras de Varsovie et de Los Angeles (La
Damnation de Faust de Berlioz mise en scène d'Achim Freyer). Il se partage dorénavant entre
l'Allemagne et la France où il collabore régulièrement avec les metteurs en scène Laurent
Gutmann (Plateau S d'Oriza Hirata, Théâtre National de Strasbourg, 2002 ; Chants d'Adieu, d'Oriza
Hirata, 2006 ; Je suis Tombé d'après Malcom Lowry 2008), Gloria Paris (Les Amoureux de Goldoni,
Théâtre du Nord, Lille 2007), il travaille avec Pierre Guillois depuis 1992 (pour les créations du
Théâtre du Peuple depuis 2006) et dernièrement avec Dominique Pitoiset et Brigitte Jacques. Le
Brame des biches est sa neuvième collaboration avec Pierre Guillois, depuis Minna Von Barnhelm
de G.E.Lessing, en 1992.
CATHERINE SAINT-SEVER COIFFEUSE - MAQUILLEUSE
Après une école de maquillage artistique en 1985 à Strasbourg, Catherine Saint-Sever complète
sa formation à l'Opéra du Rhin pour la fabrication de perruques et postiches. Depuis elle travaille
à la création de maquillages, coiffures, perruques et masques pour le théâtre et l'opéra. Elle
collabore régulièrement avec Yves Beaunesne, Philippe Berling, Irène Bonnaud, Pierre Pradinas,
Jean Lambert-wild, Pierre Guillois, Laurent Gutmann, François Rancillac, Brigitte Jaques-Wajeman,
Sandrine Anglade, Stéphanie Chevara, et Julia Vidit .
JEAN-YVES COURCOUX ÉCLAIRAGISTE
Il travaille régulièrement avec Etienne Pommeret (Jon Fosse, Kafka, Peter Handke), Jean-Pierre
Larroche (dont dernièrement Le Concile d'Amour, opéra de Michel Mussau) et Laurence Février
(Suzanne, une femme remarquable). Dernièrement il a collaboré avec Cécile Backès (King Kong
Théorie de Virginie Despentes) et David Ayala (Scanner, autour de textes de Guy Debord). Il fait
de nombreuses créations avec Jacques Bioulès au Théâtre du Hangar à Montpellier. C'est un
fidèle complice de Pierre Guillois depuis Roméo et Juliette créé en 1993 à l'Hôpital Éphémère.
ADRIEN MONDOT JONGLEUR - MONDOT PLASTICIENNE
La compagnie Adrien M / Claire B crée des formes allant du spectacle aux installations dans le
champ des arts numériques et des arts vivants. Elle est co-dirigée par Claire Bardainne et Adrien
Mondot. Leur démarche place l'humain au centre des enjeux technologiques, et le corps au
cœur des images, avec comme spécificité le développement sur-mesure de ses outils
informatiques. Ils poursuivent la recherche d'un numérique vivant : mobile, artisanal, éphémère
et sensible.
Depuis sa révélation aux Jeunes Talents Cirque 2004 avec le projet Convergence 1.0, Adrien
Mondot, artiste pluridisciplinaire, informaticien et jongleur crée des spectacles mettant en œuvre
des interactions sensibles entre le numérique, le jonglage, la danse et la musique. Avec Cinématique,
il remporte le Grand Prix du jury dans le cadre de la compétition internationale « Danse et Nouvelles
Technologies » du festival Bains Numériques à Enghien-les-Bains en juin 2009.
En 2010, il rencontre Claire Bardainne, plasticienne, designer graphique et scénographe.
Diplômée de l'École Estienne et de l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris ses
recherches visuelles se concentrent sur le lien entre signe, espace et parcours, explorant les
va-et-vient entre imaginaire et réalité, au sein du Studio BW, qu'elle cofonde en 2004, ou en
collaboration avec les chercheurs du Ceaq (Sorbonne, Paris).
Ils refondent en 2011 la compagnie qui devient Adrien M / Claire B. Aller au-delà de l'espace du
plateau et de la temporalité de la représentation est notamment un des axes forts de la
transformation de la compagnie. Ils co-signent ainsi la création de l'exposition interactive XYZT,
Les paysages abstraits. En 2011, ils créent également le spectacle-conférence Un point c'est tout,
et signent la création numérique de Grand Fracas issus de rien, sur un concept de Pierre Guillois. Puis en 2013, ils conçoivent Hakanaï, pièce chorégraphique pour une danseuse dans une boîte d'images. Et en 2014, avec Mourad Merzouki / CCN de Créteil et du Val-de-Marne / Compagnie Käfig, ils co-signent la création du spectacle Pixel.
Ensemble, ils interrogent le mouvement et ses multiples résonances avec la création graphique et numérique. Il en surgit un langage poétique visuel, associant imaginaire, réel et virtuel porteur d'infinies perspectives d'exploration.
LUCAS ANTONELLIS GYMNASTE
Il commence la gymnastique artistique masculine dès son plus jeune âge. Il obtient différents
titres dans des championnats départementaux et régionaux dans l'Est de 1999 à 2008 . Il
participe à plusieurs compétitions avec l'équipe de Lorraine en gymnastique et en trampoline. Il
est champion de France au concours général 2006, 2007, 2008 et champion de France aux
anneaux, sol et barres parallèles les mêmes années. Il est ensuite vice champion de France par
équipe en 2009 et candidat pour les 27ème championnats du monde de trampoline à Metz en
2010.
SEVAN MANOUKIAN SOPRANO COLORATURE
Elle étudie le chant dans la classe de Mady Mesplé où elle obtient les médailles d'or en chant et
art lyrique. Son aisance dans l'aigu lui permet d'aborder les rôles de La Reine de la Nuit, Olympia
(Les Contes d'Hoffmann / Offenbach), le Feu, la Princesse et le Rossignol (L'Enfant et les
Sortilèges / Ravel). Elle interprète également Carolina (Le Mariage Secret / Cimarosa), Serpina
(Serva Padrona / Pergoles), l'Amour (Orphée et Euridyce / Glück), Lucinde (Le Médecin malgré
lui / Gounod), Nora (Riders to the Sea / V.Williams), Maria (West Side Story / Bernstein), Eva
(Ta Bouche / Yvain), Maria-Luisa (La Belle de Cadix / Lopez) à l'Opéra de Dijon, Lille, Reims,
Rouen, Rennes, Théâtre Royal de Versailles, Théâtre de la Madeleine, Theatre Manoel de la Valette
à Malte… Elle s'intéresse à la création contemporaine et crée les œuvres de Gérard Condé,
Jean-Pierre Drouet, Laslo Tinhany, Thierry Pécou, Matteo Francsechini au Théâtre du Châtelet, à
Radio France, au Kampnagel de Hambourg, au Konzerthaus de Berlin, à l'Opéra de Bordeaux et
collabore avec l'Ensemble 2e2m, Tm+, l'Orchestre Philharmonique de Radio France, l'Orchestre
National d'Île-de-France.
VALÈRE NOVARINA AUTEUR
Valère Novarina passe son enfance et son adolescence au bord du lac Léman et dans la
montagne. À Paris, il étudie la littérature et la philosophie, rencontre Roger Blin, Marcel Maréchal,
Jean-Noël Vuarnet, veut devenir acteur mais y renonce rapidement. Il écrit tous les jours depuis
1958 mais ne publie qu'à partir de 1978. Une activité graphique, puis picturale se développe peu
à peu en marge des travaux d'écritures : dessins des personnages, puis peintures des décors
lorsqu'il commence, à partir de 1986, à mettre en scène certains de ses livres. On distinguera,
dans sa bibliographie, les œuvres directement théâtrales : L'Atelier volant, Vous qui habitez le
temps, L'Opérette imaginaire - et le « théâtre utopique », romans sur-dialogués, monologues à
plusieurs voix, poésies en actes : Le Drame de la vie, Le Discours aux animaux, La Chair de
l'homme - et enfin, les œuvres « théoriques », qui explorent le corps de l'acteur où l'espace et la
parole se croisent dans le foyer respiratoire : Pour Louis de Funès, Pendant la matière, Devant la
parole. Insaisissable et agissant, le langage y apparaît comme une figure de la matière.
DOMINIQUE PARENT COMÉDIEN
Il entre au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris en 1986/1989 où il suit
l'enseignement de Pierre Vial, Michel Bouquet, Jean-Pierre Vincent et Daniel Mesguich.
Il commence sa carrière d'acteur auprès de Valère Novarina avec qui il joue Vous qui habitez le
temps, La Chair de l'homme, L'Origine rouge, La Scène, L'Acte inconnu, Le Vrai sang et
dernièrement L'Atelier volant. Il poursuit la collaboration avec l'auteur auprès de Claude Buchvald
avec Le Repas, L'Opérette imaginaire.
Il joue notamment avec Olivier Py, La Servante ; Bernard Sobel La Bonne Âme du Setchouan de
Bertolt Brecht, Tartuffe de Molière; Jacques Nichet Le Haut de forme d'Eduardo de Filippo, Faut
pas payer ! de Dario Fo ; Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff, dans L'Affaire de la rue de
Lourcine de E.labiche ; Nicolas Ducron dans Des couteaux dans les poules de David Harrower ;
Marion Guerrero dans dernière pièce de Marion Aubert Orgueil, poursuite et décapitation ; Dag
Jeanneret dans Tambours de la nuit de Bertolt Brecht ; Gilone Brun et Emmanuel Darley dans
Elvis (polyptyque) d'Emmanuel Darley.
Durant son parcours, il jouera également dans les mises en scène de Michel Didym, Eric Vigner,
Christophe Perton…
En 2008, il joue au Théâtre du peuple Le ravissement d'Adèle de Rémi De Vos mis en scène par
Pierre Guillois. Auteur qu'il retrouvera avec la pièce Cassé dans une mise en scène de Christophe
Rauck. Dernièrement, il joue dans le spectacle de Pierre Guillois Grand fracas issu de rien -
cabaret spectral, dans lequel il interprète des textes de V. Novarina.
Au cinéma, il participe aux longs métrages de Bruno Podalydès Dieu seul me voit, Le Mystère de
la chambre jaune, Le Parfum de la dame en noir, Bancs Publics ; Francis Weber Tais-toi ; Alfred Lot
Une petite zone de turbulence ; Catherine Corsini Trois mondes.
À la télévision il tourne avec Jean-Louis Lorenzi, Marcel Bluval, Robert Bober, Serge Moati, Denys
Granier – Deferre, Eric Rohmer, Emmanuel Bourdieu et Etienne Dhaene.
BENJAMIN SANZ BATTEUR-PERCUSSIONNISTE
Batteur et compositeur à l'initiative de plusieurs projets habités par le jazz, le groove et les
musiques improvisées, il porte un projet en quintet à son nom. Il a animé pendant plus de huit
ans une « Jam Session » de jazz et musiques du monde à la Miroiterie (Paris Ménilmontant), ce
lieu de rencontres musicales et d'échange de savoir a été soutenu par la présence de grands
musiciens (tels David Murray, Bobby Few, Ernest Dawkins, Sabir Matteen.). Formé en situation
de jeu et par ses voyages, il joue en Europe, en Afrique et aux États-Unis avec David Murray,
Fantazio, Roy Campbell, Oliver Lake, le groupe de hip hop jazz US Iswhat, Divine Pocket Bouncers,
Archie Shepp. Il est aujourd'hui impliqué dans plusieurs groupes et réseaux de musiques et
travaille également avec la danse et le théâtre. Benjamin est à l'origine de MiRR, jeune collectif
de musiques créatives basé à Paris. www.mirr.fr


La salle du théâtre est accessible aux personnes à mobilité réduite. Pour mieux vous accueillir, pensez à réserver 48h avant et à vous signaler à votre arrivée.
métro 10 min de Montparnasse, ligne 13 station Malakoff-Plateau de Vanves, sortie 2
(à 3 min à pied du théâtre)
bus 126 de la Porte d'Orléans – arrêt Gabriel Péri-André Coin
bus 191 de la Porte de Vanves – Gabriel Péri-André Coin
vélib' / autolib' à la sortie du métro et autour de la place
voiture périphérique porte Brancion puis direction Malakoff centre-ville
parking VINCI rue Gabriel Crié, entre le théâtre et La Poste
BAR
Ouvert 1h avant et 1h après les représentations, il vous accueille pour boire un verre, grignoter
ou goûter ses spécialités maison. Un endroit convivial pour partager autour des spectacles.
> si vous êtes nombreux, n'hésitez pas à réserver – Émilie Baboz 06 09 59 83 04
TENTATION
PRINCESSE DE
BOURGOGNE
FABRIQUE
HISTOIRE
PREAMBULE
D'UNE VIE
BRUCKNER
CONCERTS
M MALAKOFF-PLATEAU DE VANVES – PÉRIPHÉRIQUE PORTE BRANCION WWW.THeATRe71.COM 01 55 48 91 00
THeATRe71.COM SCÈNE NATIONALE
3 PLACE DU 11 NOVEMBRE 92 240 MALAKOFF

Source: http://theatre71.fr/IMG/pdf/dp_gd_fracas.pdf

Environmental management of n.eserves_november 2016 (2).pdf

MASHAV - Israel's Agency for International Development Cooperation The Arava Institute for Environmental Studies invite professionals to participate in the STATE OF ISRAEL International Course: Environmental Management of Nature Parks and Reserves Israel's Agency for International